LE CONCERT DES BRIGANDES À LA GUICHE (SAÔNE-ET-LOIRE)

Ce dimanche 10 juin 2018 après-midi, les Brigandes ont donné leur deuxième véritable concert (presque 2 heures de spectacle) à La Guiche, en Saône-et-Loire. Le concert a été organisé avec l’aide de l’association « Le Réveil de Bourgogne », qui nous mît la salle à disposition et que nous remercions chaleureusement pour sa collaboration. (Pour contacter le « Réveil de Bourgogne » : reveil.de.bourgogne@gmail.com)

 

200 personnes étaient présentes pour assister à ce concert, malgré la complexité à laquelle nous devons nous soumettre dans le contexte liberticide français (obligation de dissimuler l’adresse du concert jusqu’au dernier moment et de ne la révéler qu’aux personnes ayant payé leur place). Cela ne facilite pas l’accès à nos prestations, organisées de manière privée et dans des zones rurales, ce qui ne peut qu’honorer l’esprit campagnard et clandestin des chouans auxquels le nom des Brigandes fait référence.

 
Lire la suite

Les Brigandes – Les Colonies

Les Brigandes – Les Colonies

Moins de 12h après sa mise en ligne, notre dernier clip « Les Colonies » a déjà été soumis à restriction par YouTube. Il y a deux semaines, notre clip « B.H.L. » était soumis aux mêmes restrictions, avant d’être définitivement supprimé de YouTube quelques jours plus tard.

Bernard-Henri Lévy n’a pas d’humour…

B.H.L. n’a pas apprécié la chanson qu’on lui a dédicacée. Ainsi, sur une « réclamation d’ordre juridique » YouTube a interdit notre clip dans plusieurs pays. Ci-dessous, le message de YouTube :

 

La version originale de Promenade des Anglais remise en ligne par YouTube

Plus d’un mois plus tard, après l’avoir bien stoppée dans sa lancée, la version originale et non-censurée de Promenade des Anglais vient d’être remise en ligne par YouTube !
Comme pour notre clip What the fuck !, nous avions envoyé à YouTube des paroles de rap non-censurées par la plateforme, et à côté desquelles nos textes sont à l’eau de rose. Une fois de plus, nous sommes apparemment tombés sur un sbire assez intelligent et honnête qui n’a pas eu d’autre choix que de remettre notre vidéo en ligne. Ça tombe bien, car il y a quelques jours on pouvait entendre « Mercy » à la télévision, cette chanson en l’honneur d’un « migrant né sur un bateau ». Par contre, pour les enfants innocents morts écrasés le 14 juillet 2016, pas de chanson à l’Eurovision… C’est le thème de notre Promenade des Anglais :

Les Brigandes – Promenade des Anglais

 

Et pour l’anecdote : lundi dernier, notre tube phare Foutez le Camp a franchi le million de vues :

Les Brigandes – Foutez le camp !

« Les Dieux et le Cosmos », de Saloustios – Chapitre I

Commentaires de « Les Dieux et le Cosmos » de Saloustios, par Joël LaBruyère. Chapitre 1.

Joël LaBruyère a ouvert une chaine Youtube sur laquelle il donnera une série de cours et de commentaires sur les enseignements métaphysiques européens. Son but est d’éclaircir la spiritualité du Clan des Brigandes pour notre public, et de donner des pistes de recherches philosophiques et mythologiques dans un monde en perte de repères. Il commencera par commenter le traité du philosophe et préfet romain Saloustios, « Les Dieux et le Cosmos », dont l’objectif était de revitaliser et de redéfinir le polythéisme hellénique face au monothéisme naissant.

Pour suivre les commentaires philosophiques de Joël LaBruyère, abonnez-vous à la chaine « Joël LaBruyère » sur Youtube, ou à la lettre d’information du Blog du Clan des Brigandes : www.le-clan-des-brigandes.fr

Scandales dans la communauté de Riaumont : Jérôme Bourbon va-t-il passer à l’attaque ?

Depuis quelques jours, la communauté catholique traditionnaliste de Riaumont, de Liévin, est cartonnée par tous les médias : une enquête a été ouverte pour des faits de pédophilie au sein de la communauté et une plainte pour viol aurait été déposée.

Ne nous étant pas penchés sur l’affaire, nous ne nous prononcerons pas sur celle-ci et n’avons d’ailleurs aucun intérêt à le faire.
Il faut simplement savoir que cette communauté catholique est, toutes proportions gardées, relativement dissidente par rapport au Système et, ce qui est d’autant plus gênant pour celui-ci, qu’elle a un impact sur la jeunesse avec son école hors-contrat et son mouvement de scoutisme. Il n’est donc pas étonnant que les médias s’acharnent sur elle pour la descendre. Et, pour avoir subi nous aussi les méthodes médiatiques, il est possible que les accusations qui la visent soient entièrement bidonnées ou, du moins, en grande partie exagérées. Nous savons à quel point on peut faire dire n’importe quoi à des « témoignages » : la communauté de Riaumont n’est peut-être pas plus pédophile que nous serions une secte lugubre et criminelle ! Les médias raffolent de ce genre d’affaires et des amalgames qu’ils peuvent en tirer, mais taisent par contre les affaires de pédophilie qu’on pourrait inévitablement trouver dans d’autres religions comme l’islam ou le judaïsme.

Au vu de ces accusations, nous nous demandions si Jérôme Bourbon projetait de faire un copier-coller des articles de presse de ses collègues du Système pour son journal Rivarol ? Méthode qu’il sait si bien utiliser. Avec un titre accrocheur du genre « Quelle est cette secte noire qui se cache derrière la communauté de Riaumont ? ». Et là, ce n’est pas trois témoins et demi, mais 200 témoignages que pourraient récolter M. Bourbon ! Des sites catholiques comme Contre-Info ou Le Salon Beige pourraient ensuite reprendre le dossier pour dévoiler la « vérité » au grand jour, de concert avec les médias du Système.

Sachant comment la méthode a fonctionné pour la terrible secte des Brigandes, nous conseillons à Jérôme Bourbon et ses copains de ne pas manquer cette nouvelle occasion, quitte à passer outre le fait gênant que, cette fois-ci, c’est une communauté catholique qui est visée…

Lettre de Joël LABRUYÈRE à Serge BLISKO

Lettre de Joël LABRUYÈRE à Serge BLISKO, président de la MIVILUDES
(Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires)

 

Monsieur,

Vous avez, à plusieurs reprises, dépassé les bornes de votre mandat d’agent de l’état, abandonnant votre devoir de réserve en répandant des calomnies sur mon compte dans les médias.
Votre méthode perverse consiste à utiliser le conditionnel pour lancer des accusations qui proviendraient « d’ex-adeptes » d’une « communauté et d’un gourou » que vous chargez des pires turpitudes sans rien en connaître de première main.
Vos allégations sont-elles basées sur une enquête régulière ou de faits avérés ? (On connait la ritournelle du lobby antisecte qui se plaint – pour justifier ses bavures – de ne pas avoir assez de moyens !) Vous pourriez déclencher une enquête de gendarmerie ou autre chose, mais vous savez très bien que les accusations absurdes de vos faux témoins tomberaient à l’eau…

Vous vous fondez sur les racontars exclusifs d’une personne en particulier, malade des nerfs au demeurant (sous traitement depuis des années), et qui est engagée dans un processus de vengeance passionnelle. Cette personne qui a l’habitude d’accuser et de se rétracter ensuite, ne peut en aucun cas servir de témoin fiable. Or, sans aucune prudence, et en faisant preuve d’un parti-pris qui m’est hostile, vous sortez du cadre de l’investigation pour vous faire l’écho de calomnies dénuées de fondement. Vous commérez allégrement car c’est plus facile que de vérifier les choses avec sérieux.

Si vous assumiez votre rôle, une enquête élémentaire vous interdirait de parler « d’accaparement d’argent » (sic) dans le cadre d’une société civile immobilière légale où les actionnaires sont propriétaires de leurs parts sociales.
Vous éviteriez de parler « d’emprise mentale » (sic) au sujet d’écrits et d’idées que chacun est libre d’accepter ou de nier.
Vous n’auriez jamais évoqué une « promiscuité sexuelle » (sic) au sujet de couples mariés avec enfants, sur la seule affirmation délirante d’une femme éconduite, amoureuse déçue.
Vous ne parleriez pas de « fonctionnement en circuit fermé » (sic) pour un collectif d’artistes agissant publiquement, en parfaite transparence économique et administrative, produisant des disques, se manifestant en concert et qui sont suivis par des centaines de milliers d’admirateurs.
Quant au « mélange de séduction et d’humiliation » (sic), vous devez en apporter les preuves, car si « séduire » par des chansons ou des idées est un délit, doit-on considérer qu’écarter une personne détraquée serait de « l’humiliation avec de l’habilité à repérer des vulnérabilités particulières » (sic) ? Si vous croyez dans ces sottises, la liberté de réunion est en péril.

 
Lire la suite