Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’affaire, il est préférable de prendre connaissance de notre bref communiqué du 10 janvier 2020, avant de regarder la vidéo ci-dessous.

(Vidéo réalisée en décembre 2019 à l’intention de la police, et rendue publique après la médiatisation de janvier 2020)

Sophie, décédée en 2011, est utilisée malgré elle 8 ans plus tard dans une plainte ignoble pour « assassinat » déposée contre Joël Labruyère et le Clan des Brigandes.
Dans cette vidéo, Joël Labruyère et le Clan des Brigandes expliquent les intérêts de cette plainte et l’histoire de Sophie. Alexis, l’ex-mari de Sophie, témoigne aussi sur cette affaire.

Trois informations doivent être soulignées :

1) L’accusation d’assassinat, ainsi que la plupart des autres accusations, reposent sur un seul « témoin » : Annick Lovinfosse.
Il est bon de visionner la vidéo qui explique ce cas instable et très dérangé (« Qui est Annick Lovinfosse, l’ennemie des Brigandes ? »), et de prendre connaissance de la lettre de rétractation qu’elle a écrite en 2011 après une de ses nombreuses accusations mensongères portée contre notre groupe – déposée en l’occurrence auprès de la CAF. C’est la dernière fois qu’elle revenait publiquement sur une de ses accusations mensongères, et elle écrivait dans cette lettre :
« J’ai mêlé la CAF à mon délire de persécution et dénoncé des choses dont je ne sais en réalité rien, ou déformées par mon désir de nuire à ces personnes qui m’avaient beaucoup blessée. J’espère donc que mon précédent courrier, calomnieux, ne nuira en aucun cas à des gens qui n’ont probablement rien à se reprocher. »
Nous sommes 8 ans plus tard dans la vie d’Annick Lovinfosse : 8 ans à continuer à prendre des médicaments très puissants, voire d’autres substances que nous ne voudrions pas citer. 8 ans à ruminer rancœur et jalousie dans un nuage de dépression. Comment cette personne, source unique du « témoignage » sur un prétendu « assassinat », peut-elle continuer à être prise au sérieux ? C’est une question que tous ceux qui relayent son accusation devraient se poser s’ils agissaient avec honnêteté, et non avec un esprit partisan et des intentions nuisibles.

2) Les calomniateurs disent qu’Alexis n’était qu’un « mari de circonstance » pour Sophie, puisqu’il l’a épousée 3 semaines avant son décès. C’est une insulte ignoble envers cet homme, qui a profondément aimé sa femme, avec qui il était en concubinage depuis 2009, mais qu’il a épousé sur demande de celle-ci 3 semaines avant son décès – afin de sceller symboliquement leur union.
Les rats ne reculent devant rien pour essayer de semer le doute…

3) Nous allons porter plainte pour diffamation contre plusieurs médias, suite aux accusations calomnieuses qu’ils ont collées à notre nom lors de cette dernière campagne nationale. Parmi les cibles de cette plainte, nous avons ajouté l’hebdomadaire de la droite nationale Rivarol, qui s’est épanché dans des calomnies pires encore que celles des autres médias du système.

 
Vous voulez nous soutenir ? Des dons mensuels de toutes petites sommes peuvent nous aider grandement ! C’est ici :
Choisissez le montant de votre don