Colloque Iliade du 18 mars 2017 : « Transmettre ou disparaître », telle était la question !

1 200 entrées à la Maison de la Chimie : une réussite identitaire où jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, étaient dans un équilibre numérique presque parfait.

L’Institut Iliade « pour la longue mémoire européenne » était pour nous quelque chose de mystérieux dont nous ne comprenions pas bien les visées. Créé sous l’inspiration de Dominique Venner (le Samouraï d’Occident), l’Institut se définit comme un centre d’enseignement pour éveiller la « conscience européenne ». Dans ce but, Iliade applique deux tactiques :

  • Premièrement, des cycles de formation sont proposés à des personnes recrutées parmi les éléments déjà actifs de la sphère politique et plus largement civique (cercle de réflexion, blog, association culturelle, etc.). À travers une série de week-ends où s’entremêlent des cours et des ateliers créatifs, l’Institut contribue à la formation progressive d’une élite « spirituelle » européenne. La qualité de l’organisation, des conférences, des créations artistiques, jusqu’à l’atmosphère d’ouverture et de coopération intelligente de ce colloque nous suffisent pour saluer haut et fort le travail de Philippe Conrad, président de l’Iliade, ainsi que de Jean-Yves Le Gallou et Bernard Lugan, co-fondateurs.

  • Deuxièmement, à côté de la formation continue d’une certaine élite, l’Institut Iliade organise des colloques qui sont des plateformes de rencontre et de réflexion d’un niveau élevé, ouvertes sur de très nombreux sujets. Si les milieux identitaires, ou dits d’extrême droite, revendiquent ardemment leur identité européenne, il est rare de voir des initiatives constructives, profondes et méthodiques pour redéfinir cette identité. Sans cette démarche fondamentale, aucune révolte culturelle européenne n’est possible.

Nous avons été agréablement surpris par la qualité des conférenciers et des propos échangés lors des tables rondes. L’Institut ne propose pas de raccourci politique ou de recette miracle pour sauver l’Europe. Durant cette journée oratoire, il n’y a eu ni plaintes ni victimisation du peuple européen écrasé par ses ennemis. Nous avons plutôt assisté à une responsabilisation et une exhortation positive à réfléchir sur nos valeurs fondamentales et la manière de les transmettre. Les conférences se sont succédées dans une intelligente complémentarité. Les interventions étaient chronométrées par une jolie jeune femme, ce qui ne nous a pas déplu, il faut bien le dire.

Lire la suite

La délégation des Brigandes au Donbass (octobre 2016)

Au mois d’octobre 2016, Roxane et Antoine se sont rendus au Donbass, cette région russophone de l’est de l’Ukraine qui a déclaré son indépendance en 2014.

Depuis lors, malgré la signature de cessez-le-feu, le Donbass est en guerre contre l’Ukraine qui est dirigée par des oligarques cosmopolites.

La guerre qui se déroule au Donbass est la seule guerre d’indépendance contre l’oligarchie mondialiste menée aujourd’hui en Europe. C’est la raison pour laquelle nous avons voulu établir un contact avec cette région et avons dédié au Donbass une chanson (Un million de roses) et une émission (Les Brigandes au Donbass : reportage sur une guerre pour la liberté).

 

Pour information, l’agence de presse du Donbass DONIPress réorganise de nouveaux voyages au Donbass à partir du mois de mai : https://dnipress.com/fr/posts/donbass-tours-offre-possibilites-uniques-voyager-rpd-rpl-2017/

 

Retour, par quelques photos, sur la visite que nous avons effectuée :

 

Donetsk, au Donbass

Lire la suite

Les Brigandes vues de Russie

 

Daria Douguine, journaliste russe, fille du célèbre philosophe et géopoliticien Alexandre Douguine, a récemment écrit un article pour le média russe Vzglyad sur les Brigandes : http://www.vz.ru/opinions/2017/3/7/860841.html

 

Voici notre traduction en français :

 

LES ADMIRABLES « BRIGANDES » CONTRE LE MONDIALISME ET LE FÉMINISME (Par Daria Douguine)

Le groupe français Les Brigandes à juste deux ans et, dans le champ médiatique, c’est l’un des phénomènes culturels qui suscite le plus de discussions et alimente les conversations.

Pour la droite française, ce groupe incarne le renouveau de la culture des chansons et ballades traditionnelles françaises qui parlent d’héroïsme, de patrie, d’histoire, de famille et d’identité ; une forme du combat politique de la tradition contre le monde moderne qui s’exprime par la musique.

Pour les médias du système, ce groupe est un phénomène de tendance extrémiste (ne soyez pas surpris de le trouver sur la page consacrée aux groupes dans Wikipédia sous l’étiquette « extrême droite ») aussi les journalistes du système se contentent-ils de ne mentionner Les Brigandes que dans la catégorie des « infréquentables » ou de ne pas les mentionner du tout…

Et ce ne sera pas du tout un abus de langage que de qualifier ces sept belles jeunes femmes, nostalgiques de la grandeur passée de la France, d’extrémistes.

 

Les Brigandes – Foutez le camp !

Récit d’un visiteur du Clan des Brigandes

Alors que nous allions tourner le clip « Vivre ensemble », un visiteur a débarqué dans notre petit clan, caché au milieu des forêts de la Montagne Noire. Il a tenu à faire un récit de sa visite. Place à sa plume…

UN WEEK-END CHEZ « LES BRIGANDES »

Au terme de ma rapide traversée de la Provence, un appel téléphonique m’invita à proroger mon séjour de quelques journées hautes en couleurs ! C’était Sam qui, au téléphone, planta cette graine d’idée en moi. Sam, un de mes chers colocataires belge de la maison de Godinne, n’ignorait point que je me trouvais alors sous une latitude qui, de son point de vue, pouvait paraître proche du repaire des Brigandes.

 

La Montagne Noire

 

J’ignorais presque tout de ce groupe de jeunes musiciennes, dont je compris en demi teinte qu’il oeuvrait dans une contrée fort éloignée du Show-Business…et pas seulement du seul point de vue géographique. Les Brigandes résidaient quelque part dans ces montagnes encore toutes résonantes des chants des anciens Troubadours.

Lire la suite

MISE AU POINT : « LE CLAN DES BRIGANDES »

Les Brigandes et leurs brigands au banquet hebdomadaire.

 

Il paraît important de présenter notre mode de vie pour faire reculer autant que possible les fantasmes répandus par divers adversaires, de gauche autant qu’issus de milieux catholiques toujours favorables à l’Inquisition.

Nous sommes des rebelles et le système nous le prouve par la calomnie et la censure, ce qui est de bonne guerre.

Avec sincérité, nous exposons ici dans les grandes lignes à quoi ressemble un regroupement de familles qui se sont organisées pour sortir du moule de la conformité et de la normalisation mentale.

Notre groupe est constitué d’une dizaine de familles vivant dans un espace géographique rapproché autour de la Salvetat-sur-Agout, chacun chez soi. Nos membres ont mis leurs forces et leurs talents en commun. Cela s’appelle une communauté. Hélas, dans la culture jacobine dont les Français sont pétris, un collectif de ce type devient une « secte », et les médias, la foule et les frustrés en tous genres fulminent contre des « hérétiques » qui osent braver l’ordre unique de la république totalitaire.

En dépit des calomnies lancées par Rivarol qui s’est laissé berner par un commando de gauchistes acharnés à nous détruire, nous ne nous justifions pas, mais nous offrons à ceux qui le désirent la possibilité de nous rendre visite et de juger par eux-mêmes si notre regroupement de familles est une mauvaise chose.

À moins d’avoir trop regardé les émissions de télé sur les sectes loufoques et d’en avoir le cerveau farci, on découvrira des gens normaux qui travaillent et élèvent leurs enfants dans le souci de les préserver des pollutions psychiques modernes. On découvrira un groupe ouvert sur la société et qui milite pour la défense des valeurs de la France.

Lire la suite

Nos articles sur « Le rassemblement en clan » dans le journal franco-russe Sans Frontières

Chaque mois, nous contribuons au journal franco-russe Sans Frontières par un article présentant le mode de vie en clan. Ce journal est disponible gratuitement en ligne : http://sf.donntu.org/

Notre premier article intitulé Le rassemblement en clan : une expérience avant-gardiste est paru en Janvier 2017. Page 133 de ce document : http://sf.donntu.org/pdf/sf0117.pdf

Notre deuxième article (Le rassemblement en clan : un combat de résistance contre l’ordre mondial) vient de paraître dans le n° de Février. Disponible page 119 : http://sf.donntu.org/pdf/sf0217.pdf

Lancement du Blog du clan des Brigandes

Depuis février 2015, le groupe musical des Brigandes produit en moyenne deux clips par mois sur YouTube, a sorti trois albums et prépare déjà le quatrième !

Interdit de radio et de télévision, décrié dans tous les médias mainstream, le groupe des Brigandes a reçu les étiquettes de « fasciste » et de « raciste » (bien que notre sponsor principal soit d’origine congolaise…) avant d’être promu « secte dirigée par un méchant gourou » ! Fichtre, encore une satanée secte ! Qui l’eut cru nom d’une pipe ! Notre cas est ainsi devenu une originalité dans le paysage classique dit de l’extrême-droite. Font-ils des sacrifices humains ?! Ou se contentent-ils seulement d’arnaquer des retraités influençables ?! Malheureusement, dans notre groupe majoritairement composé de trentenaires, les retraites à piller se font rares… Et pour ce qui est des sacrifices humains, nous ne sommes pas encore assez nombreux pour gaspiller nos effectifs.

Le paranoïaque Jérôme Bourbon, directeur du journal Rivarol, nous a même soupçonnés d’acte de sorcellerie contre sa personne après être tombé malade durant plusieurs jours ! Il aurait pu titrer son article : « Les Brigandes : sorcières jeteuses de sorts bactériologiques… ». Nous nous sommes d’ailleurs toujours demandés pourquoi les gouvernements du monde entier s’obstinaient à dépenser autant d’argent dans la recherche d’armes biochimiques, alors qu’il suffit de faire appel à nos services…

Trêve de plaisanterie, la liste des accusations stupides contre nous est trop longue pour l’évoquer en entier !

Alors que nos ennemis parlent de secte, nous parlons quant à nous de clan. Ce n’est qu’une question de terme. Nous constituons un clan car nous sommes un groupe fraternel, réunis autour de valeurs communes, sur une même zone géographique, et mettant nos moyens en commun dans une optique de solidarité et d’efficacité militante ! Ne voyant pas de perspectives de vie digne dans la civilisation décadente d’aujourd’hui, notre clan composé de familles vise à recréer pratiquement un autre système social et culturel. Le groupe des Brigandes est une expression de notre force mise en commun.

Lire la suite