Aidez nos libraires en difficulté

À l’heure d’Internet, les livres se vendent de moins en moins et les librairies se trouvent dans des situations de grande difficulté, d’autant plus quand il s’agit de librairies « politiquement incorrect » !
Nous vous enjoignons à soutenir les libraires et diffuseurs de livres qui bravent la normalisation mentale du système, tel que Francephi Diffusion.

Vous trouverez la dernière lettre de Francephi à ce sujet ci-dessous:


Lire la suite

Les Brigandes au repas du Parti Nationaliste Français à Toulouse

 
Le samedi 8 avril 2017 à 19h30 commençait le « Cassoulet Nationaliste » toulousain du Parti Nationaliste Français (sans viande pour Les Brigandes…). Nous ne présenterons pas le « P.N.F. » à la place de celui-ci, et vous conseillons par conséquent leur site web pour informations : voir ici.

Toulouse n’étant pas très loin des forêts de la Montagne Noire où se situe notre repère, nous y dépêchâmes une petite équipe. Les Brigandes Roxane et Chrystelle, et leurs maris respectifs Antoine et Ruedi, furent donc présents pour participer à ce rassemblement. Une bonne cinquantaine de personnes vinrent partager ce repas dans une atmosphère conviviale.

Depuis deux ans, le Parti Nationaliste Français organise à Toulouse un dîner printanier pour rassembler ses membres et ses amis de la région languedocienne, dans l’optique de mettre ceux-ci en contact et de créer des occasions de rencontre, mais aussi de leur permettre d’écouter les responsables du mouvement qui se déplacent pour l’occasion. Ainsi, cette année, outre le trio responsable du PNF Toulouse composé de Christophe, Olivier et Pierre-Marie Bonneau, étaient présents Yvan Benedetti (successeur de Pierre Sidos à la tête de l’Œuvre Française, directeur du journal en ligne Jeune-Nation), Jean-François Simon (président du PNF) et André Gandillon (secrétaire général du PNF).

Lire la suite

Colloque Iliade du 18 mars 2017 : « Transmettre ou disparaître », telle était la question !

1 200 entrées à la Maison de la Chimie : une réussite identitaire où jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, étaient dans un équilibre numérique presque parfait.

L’Institut Iliade « pour la longue mémoire européenne » était pour nous quelque chose de mystérieux dont nous ne comprenions pas bien les visées. Créé sous l’inspiration de Dominique Venner (le Samouraï d’Occident), l’Institut se définit comme un centre d’enseignement pour éveiller la « conscience européenne ». Dans ce but, Iliade applique deux tactiques :

  • Premièrement, des cycles de formation sont proposés à des personnes recrutées parmi les éléments déjà actifs de la sphère politique et plus largement civique (cercle de réflexion, blog, association culturelle, etc.). À travers une série de week-ends où s’entremêlent des cours et des ateliers créatifs, l’Institut contribue à la formation progressive d’une élite « spirituelle » européenne. La qualité de l’organisation, des conférences, des créations artistiques, jusqu’à l’atmosphère d’ouverture et de coopération intelligente de ce colloque nous suffisent pour saluer haut et fort le travail de Philippe Conrad, président de l’Iliade, ainsi que de Jean-Yves Le Gallou et Bernard Lugan, co-fondateurs.

  • Deuxièmement, à côté de la formation continue d’une certaine élite, l’Institut Iliade organise des colloques qui sont des plateformes de rencontre et de réflexion d’un niveau élevé, ouvertes sur de très nombreux sujets. Si les milieux identitaires, ou dits d’extrême droite, revendiquent ardemment leur identité européenne, il est rare de voir des initiatives constructives, profondes et méthodiques pour redéfinir cette identité. Sans cette démarche fondamentale, aucune révolte culturelle européenne n’est possible.

Nous avons été agréablement surpris par la qualité des conférenciers et des propos échangés lors des tables rondes. L’Institut ne propose pas de raccourci politique ou de recette miracle pour sauver l’Europe. Durant cette journée oratoire, il n’y a eu ni plaintes ni victimisation du peuple européen écrasé par ses ennemis. Nous avons plutôt assisté à une responsabilisation et une exhortation positive à réfléchir sur nos valeurs fondamentales et la manière de les transmettre. Les conférences se sont succédées dans une intelligente complémentarité. Les interventions étaient chronométrées par une jolie jeune femme, ce qui ne nous a pas déplu, il faut bien le dire.

Lire la suite