(Tout est faux, tout est inversé)

Lors de son JT 19/20 du samedi 4 aout 2018, France 3 Languedoc-Roussillon a consacré un reportage à la pitoyable manifestation antifasciste menée contre les Brigandes à La-Salvetat-sur-Agout.

Étant donné les mensonges éhontés diffusés par la chaîne de télévision, nous n’avons pas pu nous empêcher d’opposer la version de France 3 à la réalité :

 

SUR LA POPULATION LOCALE ET LES BRIGANDES :

Version de France 3 : « Les habitants de La Salvetat sur Agout ont manifesté contre les Brigandes »

Réalité :

Entre 30 et 40 gauchistes ont manifesté contre les Brigandes, et parmi eux on ne comptait même pas une dizaine de résidents de La Salvetat sur Agoût ! Les autres venaient de Saint-Pons, Béziers, Montpellier, etc. Il s’agissait d’une manifestation politique organisée par l’extrême-gauche, et non d’une manifestation locale.

Non seulement France 3 ment en affirmant que « les habitants ont manifesté contre les Brigandes », mais en plus, paroxysme de la désinformation, la réalité est que la majorité du village a été révoltée par cette manifestation antifasciste et a pris notre parti par réaction ! Et pour cause : des gens qui n’habitent pas sur la commune et ne connaissent donc pas ses problématiques sont venus y mettre le bazar. Non contents de seulement crier dans les rues, ils s’en sont pris aussi à la mairie, à la charcuterie et aux propriétés privées devenues des panneaux d’affichage pour leurs tracts de propagande ! Le meilleur moyen de se mettre à dos la population… Des habitants du village qui ont refusé de prendre les tracts des antifas se sont vus immédiatement traités de « fascistes ». Nous avons appris que plusieurs notables et élus du village vont porter plainte de leur côté pour les différentes atteintes dont ils ont été victimes lors de cette manifestation.

De notre côté, nous avons observé une recrudescence de sympathie à notre égard de la part de la population locale et d’habitants apolitiques, qui ne jugent pas les idées mais le comportement, et qui ont pu faire la différence entre notre groupe vivant depuis maintenant 3 ans sur la commune, et cette bande de gauchos qui, en une après-midi, ont réussi à se rendre indésirables pour les dix prochaines années.

 

SUR NOTRE LOCAL :

Version de France 3 : Le local des Brigandes qui se trouve à côté de la mairie est prêté par la mairie aux Brigandes.

Réalité :

Le local des Brigandes qui se trouve à côté de la mairie est loué par les Brigandes au charcutier du village, propriétaire de ce local. La mairie n’a rien à voir là-dedans.

 

SUR LA MAIRIE :

Version de France 3 : France 3 donne la parole à un manifestant qui affirme que « la mairie de La Salvetat est FN », et ne dément pas ses propos !

Réalité :

La mairie est indépendante « divers droites », et il n’y a aucun élu appartenant au FN ! On l’accuse d’être d’extrême-droite parce qu’elle applique une réelle neutralité républicaine à notre égard et ne nous persécute pas comme une mairie « politiquement correcte » devrait le faire. Cependant, non seulement elle n’est pas FN, mais en plus le maire a publiquement affirmé ne pas adhérer aux « idéologies d’extrême-droite » ainsi qu’aux « thèses développées par les brigandes ».

 

LES IMAGES :

Version de France 3 : France 3 a pris soin de diffuser des images complaisantes de la manifestation et de ne donner la parole qu’à des antifas ayant une allure de papis non-belliqueux.

Réalité :

Il y avait une moitié de manifestants à l’allure de jeunes casseurs ou de zadistes crasseux, que France 3 se garde de montrer et d’interviewer, non seulement parce que l’on devine bien que ce ne sont pas des habitants de La Salvetat, mais aussi parce que l’image bon enfant de la manifestation aurait été égratignée.

 

Nous assistons, une fois de plus, au parti pris médiatique en faveur des militants gauchistes et « antifascistes », que nous avons mis en relief dans notre dernière publication. Inutile de préciser que, si France 3 a donné la parole aux manifestants, les cibles principales de cette manifestation, en l’occurrence nous-mêmes, n’ont même pas été contactées par la chaîne de télévision.

 

Pas de surprise quand on connaît un tant soit peu le monde médiatique. Pour rappel à ceux qui ne le connaitraient pas suffisamment :