Il y a quelques jours, nous avons publié le clip « Monsieur Le Pen » pour les 90 ans de Jean-Marie Le Pen, et avec la participation de celui-ci.

L’hystérique Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol, est tombé de haut et a relancé de plus belle sa croisade contre la « secte sataniste ». Rappelons que le personnage n’a pas pour ennemi n°1 Jacques Attali, Emmanuel Macron ou les Rothschild, mais le groupe des Brigandes. Ce pauvre inculte estime que tout ce qui sort du cadre catholique et s’intéresse d’un peu trop près à l’ésotérisme est sataniste. Probablement aurait-il fait brûler des génies de l’esprit européen comme Pythagore, Socrate, Platon ou Saloustios. D’autant plus que Les Brigandes sont des femmes, donc forcément une incarnation du Malin…

Si vous n’êtes pas catholique inquisiteur à la manière dont Bourbon l’entend, vous êtes forcément sataniste .

Le problème est que, ses dénonciations n’ayant pas de prise sur Jean-Marie Le Pen, il se retrouve obligé de dénoncer celui-ci comme complice d’une secte noire… Il y a encore une semaine, Jérôme Bourbon louait le Menhir pour lequel il organisait une croisière sur la Seine (ou plutôt « avec lequel » il organisait une croisière, mais pour son propre compte). Maintenant, il écrit sur tweeter ce genre de choses à propos de Jean-Marie Le Pen :
 

 

Et ce n’est que le début, car pour le moment ses reproches contre Jean-Marie Le Pen sont encore timides et à demi-avoués. Bourbon essaie, comme il le peut, de ne pas passer trop brusquement de « Le Pen grand symbole de la Droite Nationale » à « Le Pen complice du satanisme ». La cohérence est rarement bien servie par l’hystérie…

Le directeur de Rivarol, en bon journaliste qui sait comment sortir les mots de leur contexte, a trouvé l’axe suivant pour démontrer le côté sataniste de notre chanson « Monsieur Le Pen » : les paroles ironiques « Jean-Marie, Dieu le damne, n’a pas vendu son âme à un gouvernement » cacherait en réalité une malédiction contre Jean-Marie Le Pen… qui a comme par hasard été hospitalisé le lendemain de sa rencontre avec Les Brigandes ! (Alors que, lors de notre rencontre, celui-ci était déjà bien fatigué de sa longue séance de dédicace de la veille…) Sorcellerie de notre part ? Probablement. N’oublions pas que notre « gourou » Joël Labruyère arrête les trains à distance et fait trembler les immeubles (sic : informations tirées du Nouvel Observateur et reprises dans le Wikipédia des Brigandes).

 

Encore un effort Bourbon, et tu finiras tout seul en jouant les Napoléon en camisole. C’est dommage, on te préférait dans ton rôle de Porcinet :

Les Brigandes – Jèze Society

 

Quant à Jeanne d’Arc qu’invoque Jérôme Bourbon, rappelons qu’elle fut brûlée par des inquisiteurs dans son genre… Voir la chanson Le procès de Rouen, basée sur les paroles de la grande Jeanne lors de son procès :

Les Brigandes – Le Procès de Rouen