Un patriote d’Aveyron a été condamné à 4 mois de prison ferme pour avoir écrit « Fuck Islam », « Non aux migrants » et « la valise ou le cercueil » sur son Facebook ! (On rappellera que « la valise ou le cercueil » est un slogan des révolutionnaires algériens adressés aux Français qui, lors de la déclaration d’indépendance de l’Algérie, n’avaient d’autre choix que de partir ou de mourir).

À travers cette condamnation, c’est une nouvelle démonstration qui est faite aux Français que réagir légitimement face à l’invasion de son pays, c’est être un hors-la-loi !

Aider ce patriote et en savoir plus, c’est ici :
https://www.lepotcommun.fr/pot/mmq9eeyz

Nous l’avons soutenu, merci de le soutenir vous aussi !

 

Nous profiterons néanmoins de l’occasion pour rappeler qu’Internet n’est pas un espace de liberté comme certains naïfs voudraient le croire ! Internet a été lancé par la DARPA depuis les USA (c’est-à-dire l’armée américaine elle-même), et sa démocratisation devrait nous le rendre très suspect. Aujourd’hui, tout le monde s’exprime sur Internet, sans forcément savoir que Big Brother veille… Et lorsque les médias alternatifs jubilent de posséder cet « outil de réinformation », ils semblent oublier que s’ils ne sont pas interdits, c’est parce que le système à tout intérêt à ce que :

– Toutes les initiatives dissidentes se virtualisent dans le monde du numérique.
– La masse d’informations s’agrandisse infiniment sur le Web – qu’il s’agisse de réinformation ou d’informations fausses en tout genre. Internet noie ainsi les gens sous une masse de surinformation où tout et son contraire se vaut, où tout se consomme à la suite : c’est le fast-food de la connaissance, dans lequel l’information a une infime probabilité de déboucher sur une action ! Les gens n’ont peut-être jamais eu aussi facilement accès à l’information depuis l’existence d’Internet, mais d’un autre côté l’information n’a jamais eu aussi peu de valeur : Internet a neutralisé la possibilité de révolte, qui n’a plus lieu aujourd’hui que dans la sphère contrôlée du numérique.

Internet doit être utilisé pour ce qu’il est : une vitrine de présentation pour toucher un public le plus large possible. C’est ainsi que nous l’utilisons. Mais il ne doit pas être le cœur et la finalité de notre action. Sinon, c’est l’ennemi qui gagne : nous combattons sur le terrain qu’il a choisi pour nous. Le choix du terrain de combat est une des règles de la guerre pour remporter des victoires. Utiliser l’arme de l’ennemi, oui, mais s’enfermer comme des gladiateurs dans l’arène qu’il a construit pour nous et dans laquelle il nous regarde depuis ses gradins, non !

C’est ainsi que le cœur de notre militantisme se situe dans notre démarche de vie, par laquelle nous construisons quelque chose de concret pour l’avenir, à côté du monde des internés d’Internet.
(Sur notre clan en tant qu’ordre social parallèle, voir les vidéos :
http://le-clan-des-brigandes.fr/2017/05/18/les-brigandes-presentent-le-manifeste-des-clans-du-futur/
et
http://le-clan-des-brigandes.fr/2017/11/14/intervention-de-notre-secretaire-aux-assises-de-lenracinement-29102017/)