« J’élucubre à Sion, les Brigandes ont sorti un nouvel album. Le 4e en deux ans ! Outre cette productivité, Les Brigandes sont actuellement le seul groupe de musiciens professionnels de la dissidence. Dans le contexte de totalitarisme culturel qui sévit en France, cette situation doit être soulignée. Car toute la culture est subventionnée, tous les concerts sont soumis à autorisation, les groupes « alternatifs » sont à la musique ce que les antifas sont à la culture, et les rave parties illégales se déroulent sous la surveillance de la gendarmerie. Il est donc extrêmement difficile d’exister et de faire perdurer un projet musical politiquement dissident dans cette France républicaine et totalitaire. Les Brigandes n’en sont que plus admirables car leur dernier album est engagé sans complexes. 11 titres, plus un bonus, ils ne font pas dans le détail : « Avec Arlette un soir on était en goguette/ Elle me dit : « Camarade, j’en ai marre des tapettes/ Y’a pas de révisionnisme dans la fornication » ». En politique, rien que du vécu : « Le jour de l’élection, la France est en haleine/ Mais toujours le champion, c’est le menteur suprême » et encore « Ce parasite ne sert à rien/ C’est juste un politicien », l’adversaire est désigné : « Picsou est en campagne/ A toutes les élections/ Rothschild l’accompagne/ Pour élire son larron ». Elles ne font pas de concession sur les principes : « Droits de l’Homme, liberté/ Justice, égalité/ Et par esprit civique,/ Ils passent à la pratique/ A coups de trique », pour en revenir à l’essentiel : « On fera des prières…/ Mais ce que je préfère :/ Le combat en guise d’oraison./ Je déteste les pleurs… ». Une chanson sur les sévices à l’encontre des animaux, une autre qui évoque Louis XX pour terminer avec un peu d’humour sur Ségolène. Tous les titres, paroles et musiques, sont de Joël Labruyère, le mentor des Brigandes. Sulfureux pour certains, mais authentique anticonformiste. Si dans Catho Spleen, elles s’en prennent au pape et aux Marie-Chantal, ça ne suffira pas pour leur ouvrir les médias. Vu que les dénonciations de leurs débuts n’ont pas réussi à les éliminer, elles ont droit maintenant à l’omerta. Sur les photos de l’album, les chanteuses sont dans une 2 CV, la dissidence ne se démode jamais. Pour commander c’est ICI. »

Pour voir l’article complet sur EuroLibertés : http://eurolibertes.com/culture/chanson-politique-perversion/